Améliorer la qualité de l'air

Contexte :
Nous sommes régulièrement confrontés à des pics de pollution de l’air inquiétants et médiatisés. Pourtant, c’est la pollution chronique et l’exposition à un air de qualité même moyen, en continu, qui a l’impact le plus dévastateur sur la santé. L’air extérieur a été classé comme cancérigène certain par l’OMS, tout comme les émissions de moteurs diesel. Chaque année en France, 52 000 décès prématurés sont liés à la pollution de l’air, soit 145 personnes par jour, d’après l’Agence Européenne de l’Environnement. Pour couvrir le coût sanitaire, économique et financier de la pollution de l’air, les Français doivent s’acquitter d’une facture annuelle de plus de 100 milliards d’euros. Cette pollution a de nombreuses causes. En France, le secteur des transports est responsable de 18 % des particules fines et 60 % des émissions de NOx. Certes, la voiture individuelle ne pourra pas disparaître partout, dès demain mais nous devons dès aujourd’hui développer des alternatives et accompagner la transition.
En pratique

Transports :
- Assurer la convergence de la fiscalité entre l’essence et le gazole en supprimant les avantages fiscaux accordés au gazole (voitures et poids lourds) et maintenir une fiscalité attractive en faveur du gaz naturel pour véhicules (GNV) afin d’inciter les investissements.
- Introduire un critère « qualité de l’air » dans le bonus-malus automobile
- Interdire l’approche des côtes et ports aux navires de croisières et de transport de marchandises utilisant des fiouls lourds

Industrie :
- Renforcer le contrôle des émissions atmosphériques des usines et autre installations classées pour la protection de l’environnement et abaisser progressivement les seuils de rejet.

Proposé par FNE dans Développement durable et environnement Dans 5 programmes
3000 caractères maximum
2016-2017 - Ma Présidentielle - Bifrost v1.0 - À propos du site