Diviser par deux l'usage des pesticides d'ici 2025

Contexte :
La consommation de pesticides augmente en France alors qu'ils nuisent à l'environnement et à notre santé. L'expertise collective de l’Inserm met en évidence une association entre les expositions aux pesticides et certaines pathologies chroniques, notamment certains cancers, certaines maladies neurologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles cognitifs...) et certains troubles de la reproduction et du développement. Leur nocivité est par ailleurs aujourd'hui avérée sur les abeilles, les oiseaux, les insectes… Il devient donc impératif de réduire l’exposition des agriculteurs mais aussi des citoyens à ces produits. En se passant de pesticides de synthèse, l’agriculture biologique a apporté la preuve qu’une autre agriculture est possible, avec un impact positif sur l’emploi rural. La demande en bio des consommateurs est croissante mais, malgré les efforts entrepris, la France continue à importer une part importante des produits biologiques qu’elle consomme.

En pratique :
- Interdire dès à présent les molécules les plus dangereuses pour la santé humaine (forte présomption d’effet cancérigène, mutagène, reprotoxique) et/ou dont les risques sont mal évalués (perturbateurs endocriniens, neurotoxiques), et les plus dangereuses vis à vis de la biodiversité, en particulier des pollinisateurs (néonicotinoïdes).
- Renforcer les aides à l’agriculture biologique, notamment dans le cadre de la nouvelle PAC. FNE demande également de renforcer le soutien à l’animation, la formation, la structuration de filières en agriculture biologique pour organiser les débouchés de la filière
- Atteindre effectivement une réduction de 50% des pesticides d’ici 2025 : former les agriculteurs, s’appuyer sur l’expérience des fermes qui ont réduit significativement l’usage des pesticides pour promouvoir les systèmes alternatifs, rendre le conseil indépendant de la vente des produits, mettre en place des distances minimum d’épandage par rapport aux riverains, interdire les pesticides dans les aires d’alimentation de captages d’eau potable, mettre en place les certificats d’économie de pesticides (CEPP) pour les distributeurs…

Proposé par FNE dans Agriculture, alimentation, pêche et forêt Dans 7 programmes
3000 caractères maximum
2016-2017 - Ma Présidentielle - Bifrost v1.0 - À propos du site